Composteur : les bases pour se lancer

Ça y est, j’ai enfin sauté le pas pour… installer un composteur à la maison ! Cela faisait un moment que ça me trottait dans la tête et j’ai récemment eu l’occasion de me lancer.

En effet, le Sictom (service des déchets du Sud-Gironde) organise des sessions de sensibilisation au compostage d’une heure pour apprendre toute les bases. Et le top c’est que vous pouvez repartir gratuitement avec votre composteur et une poubelle de cuisine. Vous pouvez aussi acheter votre composteur à 10€ et je pense que la plupart des régions le propose.

J’ai donc été une élève très attentive et j’ai noté toutes les informations pour vous donner les bases pour vous lancer vous aussi 😀

Pourquoi se lancer dans le compostage ?

Pour moi, le compostage a deux utilités : continuer à réduire les déchets jetés à la poubelle (déjà bien réduits par le tri pour le recyclage), et le compost récupéré pour mon potager ou mes plantes.

Où placer le composteur ?

L’emplacement du composteur est important pour le bon fonctionnement :

  • Un endroit facile d’accès : c’est peut être bête mais on se dit souvent qu’au fond du jardin à l’abris il ne vous dérangera pas, oui mais quand il faudra amener vos déchets en plein hiver, sous la pluie, pas sûr que vous irez jusqu’au fond du jardin…
  • Directement sur le sol : il est préférable de mettre votre composteur à même le sol avec un peu d’espace autour
  • A l’ombre ou au soleil ? C’est à vous de choisir, mais attention si il est trop à l’ombre il peu y avoir un risque d’humidité trop important et à l’inverse si il est trop au soleil, un risque de sécheresse.

Comment utiliser le compost ?

Le compost est obtenu en moyenne au bout de 8 mois. Vous pouvez l’utiliser pour :

  • le paillage nutritif autour des plantes et arbres
  • le potager : pour les légumes voraces (poireaux, tomates, poivrons…) mais aussi pour les asperges, carottes, persil…

Attention : éviter le paillage pour les oignons, échalotes, choux, mâche, fèves, navets et radis. Et ne semez pas dans du compost !

Ce que j’y mets

Il existe deux types de déchets : les déchets verts et les déchets bruns. Un bon compost est constitué de 50% de déchets verts et 50% de déchets bruns.

Les déchets verts

  • Tous les légumes et fruits : épluchures, fruits abimés…,
  • marc et filtre de café et thé,
  • reste de repas sauf poisson et viande,
  • pain,
  • herbe, gazon, fleurs…
  • coquille d’oeuf et de fruit à coque (en petite quantité et bien écrasé)

Les déchets bruns

  • le carton brun : rouleau sopalin et PQ, boite d’oeuf, carton… (attention à ne mettre que du carton brun)
  • branchage, feuille mortes…
  • essuie-tout, mouchoirs, journaux
  • paille, sciure, copeaux, litière végétale…

Ce que je ne mets pas

Certains déchets se dégradent (ou pas) mais ne sont pas conseillés pour un compostage optimal :

  • tous les aliments d’origine animale :  ils risquent d’attirer les animaux,
  • le carton, journal… plastifié ou imprimé,
  • le gras, les huiles…,
  • la cendre qui empêche les petites bêtes dans votre composteur de bien vivre : vous pouvez l’utiliser directement dans votre jardin contre les escargots ?

Les grandes étapes pour se lancer

Le démarrage

Lorsque vous démarrez votre composteur, déposez au fond environ 10cm de déchets bruns assez grossiers et humides (branchages, tonte de gazon…).

Le tri des déchets

Utilisez un « bioseau » (une petite poubelle) dans votre cuisine pour jeter les déchets lorsque vous faites la cuisine. Placez une feuille de papier journal ou de sopalin au fond pour qu’il reste propre et ajoutez aussi vos cartons et mouchoirs pour équilibrer directement les matières.
Le remplissage du composteur
Pensez à vider votre bioseau régulièrement. Veillez bien à l’équilibre des matières. Finissez toujours par une couche de déchets bruns pour éviter les odeurs et les moucherons. Pensez à ajouter des branchages, tailles… pour faciliter l’aération.
Mélangez régulièrement
et ouvrez le composteur
Il faut penser à mélanger régulièrement les derniers déchets que vous avez mis dans le compost (sur 20cm environ) afin d’aérer et d’éviter les amas compacts. Tous les 3 à 6 mois, ouvrez entièrement votre composteur, videz le (profitez en pour récupérer le compost si vous en avez besoin), refermez votre composteur et remettez le tas de compost en le mélangeant. Sachez que plus vous retournez votre tas, plus la matière se décomposera vite et donc plus votre compost sera homogène.

Pour résumer : les 3 règles d’or

50/50 : un bon ratio entre vos déchets verts et bruns, des humides et des secs, des gros et des petits,

une bonne aération : des déchets mélangés et retournés régulièrement,

un bon taux d’humidité : checker régulièrement que votre composteur soit assez humide.

Astuce : pour vérifier l’humidité, prenez une poignée au coeur du composteur et serrez le poing : si l’eau s’écoule, c’est trop humide,
si il n’y a pas d’eau, c’est trop sec. Si quelques gouttes perlent : c’est parfait !

 

Recommended Posts

4 Comments

  1. Attention : pas d’agrumes !

    • Ah tu n’en mets pas toi ? Lors de la réunion, ils ont dit que l’on pouvait…

      • Effectivement, l’acidité (apporté par les agrumes) provoque un déséquilibre du compost ! Tout comme il ne faut pas mettre de carcasses de viandes ou de poissons.

  2. Oh trop bien j’ai exactement le même chez mes parents mais j’avoue qu’au final se sont les poules et des fois vaches qui mangent tout ce qu’on y mets!


Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *