Entrevue : Chloé et Louna, les Tisseuses d’idées

Chloé et Louna en tour du monde d'une mode éthique et responsable

Ce mois d’avril sera entièrement consacré à la Fashion Revolution Week. C’est en toute discrétion que nous avions introduit le thème la semaine dernière, avec la présentation des Mailletriochkas.

Nous continuons donc avec les Tisseuses d’Idées. Louna, toulousaine et autodidacte en couture et Chloé, attirée par la nature et la teinture végétale, nous vient de Metz. Ces deux diplômées en design textile ont entamé un tour du monde à la rencontre d’acteurs d’une industrie de la mode plus respectueuse de son environnement.

Fashion Revolution Week, qu’est ce que c’est ?
Une semaine de sensibilisation mondiale pour mettre l’accent sur les facteurs intersectoriels qui façonnent l’avenir de la mode que sont : l’importance du travail équitable et décent, la protection de l’environnement et l’égalité des sexes.

Ce mouvement fait suite à la catastrophe du Rana Plaza en avril 2013. A Dhaka (Bangladesh), […] des ateliers de confection textile [se sont effondrés], causant la mort de 1 138 personnes et plus de 2 500 personnes ont été blessées.
Toutes les informations et actualités sur le site internet France.

_Qui se cache derrière Tisseuses d'idées ?

On se complète sur beaucoup de points

Louna, des Tisseuses d'idées, participe au tissage de tissus
Le résultat d'une teinture végétale sur laine par les Tisseuses d'idées
Chloé, des Tisseuses d'idées, expérimente la création des motifs pour le tissus bogolan

Chloé – Derrière Tisseuses d’idées, il y a Louna et Chloé. Nous sommes toutes les deux diplômées d’un DNA (diplôme national d’art) en design textile de la Haute École des Arts du Rhin de Mulhouse. C’est là que nous nous sommes rencontrées, il y a 3 ans et demi. Avec d’autres ami.e.s, nous avons créé un atelier de sérigraphie, notre premier projet ensemble, pour nous rendre compte, à l’obtention de notre diplôme que nos projets futurs étaient similaires.

Elle est efficace et je suis posée. On se complète sur beaucoup de points et c’est bien pratique d’ailleurs en voyage !

_Alors, qu'est-ce que c'est "Tisseuses d'idées" ?

Nous avions besoin d’exemples positifs pour nous redonner de l’énergie.

Chloé – L’idée aujourd’hui est de nous inspirer, autant que d’inspirer les autres. Nous faisons notre tour du monde pendant 10 mois à la rencontre des initiatives positives. Nous avons commencé par l’Afrique (Côte d’Ivoire, Burkina Fasso), sommes actuellement au Japon après avoir fait l’Inde. Ensuite, nous irons à Détroit puis en Amérique du Sud.
On retranscrit toutes ces rencontres à l’écrit sur notre blog et en vidéos pour montrer au monde entier que c’est possible.

Louna – Ce projet est né d’une envie commune de comprendre un peu mieux le monde professionnel vers lequel nous nous dirigions. Nous avons tenté les recherches sur Internet mais les résultats ne nous ont pas séduites alors que nous sommes convaincues que le design textile sera notre métier. Pour nous redonner de l’énergie, nous avions besoin d’exemples positifs comme le film Demain, mais dans notre domaine.

Alors un jour, c’était en juin 2018, on s’est mises à imaginer un voyage pour aller à la rencontre de celles et ceux qui avaient des projets durables dans le textile, parce qu’il y en avait forcément ! Et le projet était né.

Chloé et Louna on partagé l'expérience du tissage dans des coopératives de femmes
Le procédé de teinture végétale expliqué par les Tisseuses d'Idées
Le tissage est un artisanat ancestral

_Pourquoi avoir choisi ce nom ?

Entendre la voix de celles et ceux qui se sont lancé.e.s.

Chloé – En créant ce projet, nous voulions créer du lien entre ces belles idées des quatre coins du monde.

Tisser du lien entre les gens que nous rencontrerions pour que les différentes histoires s’inspirent les unes des autres. Nous voulions dès le début entendre la voix de celles et ceux qui se sont lancé.e.s, pour la faire raisonner dans la tête de celles et ceux qui n’osent pas y penser ou qui ont besoin d’un coup de pouce.

Par exemple, une créatrice française nous a demandé de la mettre en relation avec un artisan ivoirien pour un nouveau projet textile.

_Quelle est la suite du projet à votre retour ?

On a plein d’idées.

Chloé – Nous souhaitons continuer à rencontrer les personnes qui y croient et bougent. C’est tellement inspirant ! Et on a aussi pris goût à la vidéo. Alors on risque de continuer à fournir du contenu ! Mais cette fois-ci, on va aller voir ce qu’il se passe plus près de chez nous, limiter l’impact carbone en faisant des virées en stop !

Louna – Oui, la France et l’Europe regorgent de créateurs, d’artisans et d’entrepreneurs qui veulent faire bouger les choses.

Chloé – On aimerait aussi beaucoup organiser des rencontres, des séances de discussions et de débats avec des acteurs du design durable. Même au sein des mêmes préoccupations écologiques et sociales, les professionnels que nous avons rencontrés font des choix différents. Alors réunir ces personnes qui font les choses différemment pourrait mener à des discussions passionnantes.

Louna – Et, pour l’instant, nous sommes en contact avec des collégiens et des lycéens de Metz pour leur partager nos découvertes et tenter de leur donner une ouverture sur ce qu’il se passe ailleurs. Les 2ndes travaillent sur le textile durable et les 5èmes sur le voyage. Nous les avons rencontrés avant de partir et en voyage, des appels vidéo pour répondre aux questions qu’ils peuvent avoir. À notre retour, on a vraiment envie de retourner les voir, leur parler de ce qu’on a vécu, des personnes rencontrées et, plus généralement, les sensibiliser aux questions environnementales. On aimerait donc continuer avec ces élèves mais aussi s’ouvrir à d’autres établissements !

On a plein d’idées d’ateliers qu’on pourra organiser avec différents publics : écoliers, étudiants et adulte aussi !

Bref on n’est pas prêtes de s’arrêter.

_Si vous aviez 3 souhaits possibles, lesquels seraient-ils ?

Mener ce combat écologique avec l’appui des dirigeants.

Chloé – Si on avait vraiment le pouvoir de faire changer les choses d’un coup de baguette magique, on pourrait peut-être enfin mettre les gouvernements de notre côté et casser les menottes que les lobbys leur ont mises. Ce serait tellement plus simple de mener ce combat écologique avec l’appui des dirigeants qui pourraient faire appel au meilleur scientifiques, ingénieurs et penseurs pour mettre en place de nouveaux récits de sociétés.

Et, ça nous amène au deuxième vœu. On pourrait trouver un nouveau carburant à impact carbone nul, utilisable dans tous les moyens de transport, y compris l’avion. On se rend bien compte que voyager loin est un problème écologique. Mais, selon moi, ça permet aussi de prendre concrètement conscience de ce qu’il se passe autour de nous et ailleurs…

Louna – Et en dernier vœu, on aimerait trouver le lieu parfait pour notre prochain gros projet… [roulement de tambour] notre atelier ! Avec deux amies designers de l’école de Mulhouse, on va créer notre studio de design durable à notre retour. Dans l’idéal, il serait en campagne mais proche de l’activité des villes. Une grande batisse aux murs qui ont déjà une histoire, avec un jardin et assez d’espace pour faire évoluer le projet… Alors si quelqu’un a ça sous la main, on est preneuses !

Un scoop à nous réveler ?

Pour la Fashion Revolution Week 2020, on veut toutes les deux s’engager dans des actions locales et même en mettre en place. Là encore on a des idées en pagaille pour organiser un bel évènement en Avril 2020 : Conférences, défilés, cartes des alternatives à la fast fashion, ateliers,… On vous tiendra au courant !

Retrouvez-les

Toute leur aventure sur le site internet
Les Tisseuses d’Idées

Et sur leurs réseaux sociaux

Facebook  •  Instagram •  Youtube

Entrevue : Maïlys & Laura de l’atelier Bitoño

Recommended Posts

No comment yet, add your voice below!


Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *