Parlons créativité avec Amélie – @bambichoses

Quand les cocottes appliquent les conseils d'Amélie, aka Bambichoses, pour laisser parler leur créativité.

Amélie, alias Bambichoses, a été notre première invité pour les lives Instagram autour de la créativité.
Un terme qui parle à certains et en intimide d’autres. 

Voici un résumé en 5 points de cette folle conversation d’une heure et demie. 

Nous avons aussi repris les recommandations livres et comptes d’Amélie dans l’encart jaune en bas d’article (vus ou pas pendant le live). Vous les trouverez marquées d’un astérisque dans l’article.

Encore merci Amélie pour ce moment de partage (un cadeau en bas d’article pour toi).

Rencontre avec Amélie aka @bambichoses

Amélie, alias BambiChoses sur les réseaux, vous apporte les clés pour libérer votre créativité.

J’ai découvert Amélie il y a un an, sur le vlog d’Elise Francisse*. Depuis, nous la suivons à titre personnel ou pas, mais elle fait partie de nos bulles d’oxygène.

Amélie est une touche à tout, une curieuse. Ce qu’elle aime, c’est Faire. Peu importe la technique utilisée tant qu’elle explore ce processus de création en prenant plaisir.

Côté diplômes, elle en a : mode, imprimerie, littérature, graphisme,… Des expériences qui enrichissent, mais elle ne préfère pas s’en tenir à une seule discipline qui limiterait son champs d’action. 
Alors quand on lui demande ce qu’elle fait, elle vous dira qu’elle est « maker ».

Elle a commencé à “faire des choses” à la naissance de son fils, notamment des bloomers peints à la main qu’elle partageait sur son blog.
La créativité est au centre de son foyer et d
epuis bientôt 3 ans, elle crée quotidiennement. Une créativité qu’elle exprime à travers ses cours d’écriture, la couture, le papier mâché,… Elle la  partage aussi lors d’ateliers de créativité (exclusivement réservés aux femmes). 

Oui, parce qu’Amélie nous l’a dit, elle est féministe (ce n’est pas un gros mot).

1_Quand on lui demande sa définition de la créativité

“Pour moi, la créativité, c’est quelque chose de vivant et c’est être vivant”

Une définition de la créativité selon Amélie, alias Bambichoses, il n'y en a pas vraiment. L'important c'est de Faire.

Pendant notre discussion, je me rends compte qu’Amélie ne s’en tient pas au mot “créativité ».
Ce n’est pas tant un concept mais plutôt comme un ami qui nous accompagne. 

La créativité, nous la trouvons partout autour de nous : dans notre cuisine, notre jardin, nos livres,… Le plus important c’est de « lui donner de quoi se nourrir pour la faire grandir. »

Une définition de la créativité selon Amélie, alias Bambichoses, il n'y en a pas vraiment. L'important c'est de Faire.

Pendant notre discussion, je me rends compte qu’Amélie ne s’en tient pas au mot “créativité ».
Ce n’est pas tant un concept mais plutôt comme un ami qui nous accompagne. 

Pour ça, le plus simple est de faire, être dans l’action. Suivre ses envies et l’impulsion qu’elles nous apportent, sans se soucier du reste.

La créativité, nous la trouvons partout autour de nous : dans notre cuisine, notre jardin, nos livres,… Le plus important c’est de « lui donner de quoi se nourrir pour la faire grandir. »

Pour ça, le plus simple est de faire, être dans l’action. Suivre ses envies et l’impulsion qu’elles nous apportent, sans se soucier du reste.

2_Ses alliés à la créativité

Son atelier

De la description qu’elle nous en a fait, c’est dans l’extension de sa maison qu’elle a installé ses grandes tables. Il renferme tous ses trésors, reste en vrac tant qu’elle ne s’y installe pas pour créer.

En toute simplicité, un rideau en dentelle matérialise l’entrée. Un accès que j’assimile à une frontière bien gardée : son fils et son compagnon le savent, si le rideau est fermé, c’est interdit d’entrer. De cette façon, elle peut créer et rester dans son processus de création sans “casser son flow”.

L’organisation

A vrai dire, c’était une nécessité pour elle. Déjà parce que créer, c’est son métier, mais c’est aussi un moyen de ne pas s’éparpiller.

De manière concrète, il y a trois choses qu’elle fait :

  1. Une idée, une envie,… direction son carnet de suivi de créativité. Comme un cahier de brouillon, elle y dépose tout ce qui lui traverse la tête. Sans se préoccuper de la cohérence (mots, croquis, carte mentale), l’idée est de se désencombrer l’esprit pour se recentrer. 
  2. « Trois maximum » : Amélie se limite à 3 travaux sur un mois.
    “A partir dans tous les sens, on ne finit rien” et pour ça, elle remercie son amie Zoéline*.
  3. Prioriser : “les idées, il faut juste les classer”. Elle utilise un rétro planning. En gros, si les 3 travaux du mois sont terminés “en avance”, elle pioche dans ceux du mois suivants.

Pour structurer ses idées, elle utilise aussi la fonction “éléments enregistrés” d’Instagram.
Sur ce réseau, vous pouvez sauvegarder les publications qui vous attirent l’oeil et les classer en dossiers. Amélie en a créé un “ce mois-ci je fais” dans lequel elle dépose 2 découvertes du net qu’elle a trouvé géniales.

Les carnets magiques

Le carnet est son outil essentiel à la création, et elle en a plusieurs. 

Déjà, le carnet de suivi de créativité évoqué plus haut. 

Ensuite, le carnet d’inspiration dans lequel elle peut, par exemple, reproduire des éléments qui l’ont inspiré, agrémenté de ses idées.

Et puis le bullart journal, comprendre sa vie ahah. Nous ne l’avons pas abordé durant le live mais Amélie a réalisé une vidéo « Stimuler sa créativité par le bullart journal » Youtube. 

Encore en “work in progress”, elle nous a montré un maxi carnet fait maison inspiré par Ophélie du compte Instagram « The grunge fairy »*. 

3_Ses inspirations

Une question qui me paraîssait “naïve” à poser dans le sens où : est ce qu’une personne si créative s’inspire d’autres pour stimuler sa créativité ou c’est du « all inclusive » ?
[Oui, j’avais prévenu que c’était naïf #groupie]

Et oui, Amélie s’inspire ! ahah

Déjà, de son dossier Instagram mentionné plus haut. Juste un coup de boost pour “réactiver” son cerveau.

Elle aime aussi ouvrir son horizon de la créativité. Elle s’éloigne des éléments qu’elle aime pour en trouver qui peuvent la déranger ou qui n’ont pas de rapport avec ce qu’elle fait. La curiosité chez nous.

L’environnement, ce qui nous entoure, est une belle source d’inspiration. Amélie prend énormément de choses en photos pour ensuite les ajouter à son carnet, sous forme de croquis.

La littérature et l’art s’ajoutent à ce spectre : environ une centaine d’ouvrages autour de la créativité et le développement personnel plus tard, Amélie sait qu’elle est passionnée plus par c’est plus le processus de création que le résultat « sinon je ne ferai qu’une seule chose à la fois”.
Côté art, elle est en admiration devant David Lynch qu’elle décrit comme “touche à tout” [tiens, tiens]. En même temps, il est (entre autre) cinéaste, scénariste, photographe, musicien, peintre.

4_Les casseurs de créativité

Par là, on entend tout ce qui empêcherait de continuer le processus créatif.
Je pense que chacun.e pourrait apporter sa pierre à l’édifice et on se trouverait face à un gratte ciel. 

De ceux identifiés, nous avons donc :

  • La comparaison : à arrêter point. Faites preuve de non jugement envers votre travail.
     
  • La pression : “la pire chose que l’on puisse demander à sa créativité est qu’elle nous fasse vivre” en référence à l’ouvrage d’Elizabeth Gilbert*.
    Ou encore celle que l’on se met parce qu’on attend du résultat qu’il soit un chef d’oeuvre (exemple : les photos des tutos Pinterest).

     

  • Le syndrome de l’imposteur : vous avez envie de créer, mais vous n’y arrivez pas, vous êtes sûr.e que vous allez mal faire, vous ne savez pas faire… Bref, ce ne sont que les côtés négatifs et il devient compliqué de se lancer :  “saute et le filet apparaîtra”

     

  • Le regard des autres : D’après Amélie “si les gens critiquent et dévalorisent, c’est qu’à la base, il y a une frustration chez eux qu’on leur renvoie”. La première option est de se rappeler que nous ne vivons pas pour les autres. Et puis, si la critique est constructive, elle peut (éventuellement) être acceptée ou déjà qu’entendue. Auquel cas “passez votre chemin en fait”

     

  • La frustration : On a souvent plusieurs de choses en tête d’où le dilemme “faire ces choses” ou “me mettre à mon atelier pour créer” qui devient source de frustration.
    Là encore, Amélie l’a souligné pendant le live, on se rapproche du développement personnel. La création permet de se reconnecter à soi.
    Elle avait pour habitude de ranger les pièces qu’elle traversait pour se rendre à son atelier. C’est maintenant interdit, simplement parce que ça freine son élan. Une solution déculpabilisante inspirée des paroles de Virginia Woolf* qu’elle nous partage avec ses mots “pour qu’une femme puisse créer vraiment, pleinement et avec intégrité, il faut tuer l’ange du foyer” 

Focus sur “Je n’ai pas de créativité”

Tout d’abord, rappelons-nous que “créer” c’est être dans l’action, faire. Alors tant qu’on ne s’y met pas, ça n’arrivera pas.

De son côté, Amélie s’impose à faire quelque chose, peu importe quoi. Cela peut être de l’écriture ou même du rangement dans son atelier : “c’est en rangeant mon merdier que j’arrive à créer. J’ai tellement de choses que finalement, tout se connecte”

Pour cette négation, Amélie a apporté une réflexion assez intéressante [oui, je m’y suis reconnue] : “les personnes qui n’y arrivent pas c’est parce qu’elles sont trop perfectionnistes. Mais avant de se dire “perfectionniste”, il faut identifier pourquoi est ce qu’on l’est. Et c’est parce qu’on est dans le contrôle, vouloir contrôler le résultat, ce à quoi ça va ressembler,… : la créativité n’est pas palpable. Il faut bannir le contrôle de la créativité.”

REFERENCES EVOQUEES (ou pas)

Livres

Comptes Instagram

  • Bambichose – Compte Instagram
  • Zoéline – @zoelinepatchouli
  • Ophélie – @thegrungefairy « Couturière amatrice obsédée par la récup »– elle a inspiré Amélie pour la création d’un carnet midori. Pour schématiser, un carnet fait à partir de plusieurs carnets.

Vidéos Youtube

5_Le principal quand on crée

Des mots qui ont fait écho pendant cette discussion et que je retiendrai.

  1. Démarrer : on ne peut pas dire “je ne crée pas” si on ne démarre pas. Rappelons-nous que créer, c’est faire.

  2. Réduire les réseaux : que ce soit Instagram ou Pinterest, c’est à double tranchant. On y trouve de l’inspiration, on y fait des découvertes, mais on peut aussi se retrouver bloqué.e parce qu’arrive Mme Comparaison.
    Alors, de temps en temps, reconnectez-vous à quelque chose de plus profond, vos envies.

  3. Finir : oui, terminer un travail est source de fierté et surtout évite de se décourager

  4. Ne rien s’imposer : “nous dire comment créer c’est nous dire comment aimer”.
    Autant s’écouter, le faire comme on en a envie et surtout se faire plaisir

APARTE “à quand le livre de Bambichoses ?”

Parce qu'Amélie nous pousse à voir après les lignes, nous nous essayons à explorer notre créativité. Merci Bambichoses

Plusieurs commentaires durant le live ont amené à cette question. 

La réponse d’Amélie
“C’est une chose que j’aimerai faire mais il y en a tellement [de livres sur le sujet]. Si je me mettais à écrire un truc, il faudrait vraiment que ce soit quelque choses qui donne du sens. Je trouve que c’est énormément de travail pour très peu de retour [rapport aux intermédiaires]. Alors si je me lance, j’ai envie de le faire en auto édition, avec ma communauté, peut être en crowdfunding. Faire ensemble a énormément de sens”.

Encore une fois, sans pression si tu passes par ici Amélie, j’ai repris les commentaires arrivés durant le live suite à ta réponse, un peu comme une “bulle de soutien positif”.

Tout pour toi : “on sera tous derrière toi” “chaud” “oui mais tous ne nous parle pas” “je suis pour le crowdfunding” “on sera tous derrière toi” “trooooop bonne idée” “même si tu venais à dire la même chose que d’autres, ta façon de l’exprimer ne serait qu’à toi. Et les gens que tu inspires au quotidien y puiseraient beaucoup” “dans tous les cas, il pourrait y en avoir 10000 ça ne sera jamais la même chose puisque ce sera ta vision”

Crédit photos du corps d’article : compte Instagram e @bambichoses

Entrevue : Maïlys & Laura de l’atelier Bitoño
Entrevue : Maïlys & Laura de l’atelier Bitoño

Recommended Posts

No comment yet, add your voice below!


Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *