Robe Raisin de Damn Good Caramel : mon premier vêtement

Au boulot cocotte, fière de vous montrer sa tenue automne/hiver. Un patron de Damn Good Caramel.

Chez Au boulot cocotte, nous avons eu envie de créer nos “tenues de travail”.

Pour la première, c’est Alima qui s’en est chargée en nous réalisant deux supers tee-shirt que vous avez eu l’occasion de voir lors de nos événements ou sur les rares photos de nos bouilles.

Alors quand Julie, fondatrice de la marque Damn Good Caramel à proposé à Alima de tester son patron de la robe “Raisin”, on s’est dit que c’était une bonne tenue d’hiver pour notre garde robe de cocotte.

Un article écrit à 4 mains avec mon point de vu en tant que débutante en couture et les détails d’Alima qui se débrouille pas mal.

Présentation de Damn Good Caramel

Julie, créatrice de la marque de patron Damn Good Caramel : accessoires en cuir et vêtements

“Damn Good Caramel est une marque de patrons de couture inspirée par le plaisir de la création et de la technique. Elle est née du parcours d’une autodidacte passionnée par l’artisanat et les savoirs-faire, Julie Kansara, et s’est professionnalisée au fil du temps et des expériences.” 

Les patrons que propose Julie sont certes pour des vêtements mais aussi des accessoires et des chaussures ! Elle travaille aussi bien les tissus que le cuir ! C’est d’ailleurs le thème du podcast Vendredi aux myrtilles de Elodie Blueberry “Coudre le cuir”

Aujourd’hui, vous pouvez retrouver un ensemble de patrons :

  • en pdf sur la boutique en ligne de son site internet
  • dans ses bouquins parus aux édition Mango : Sacs et accessoires / Manteaux et vestes
  • avec ses cours en ligne chez Artesane, plateforme de cours vidéos de loisirs créatifs.

Retrouvons Coline

“Damn Good Caramel est une marque de patrons de couture inspirée par le plaisir de la création et de la technique. Elle est née du parcours d’une autodidacte passionnée par l’artisanat et les savoirs-faire, Julie Kansara, et s’est professionnalisée au fil du temps et des expériences.” 

Les patrons que propose Julie sont certes pour des vêtements mais aussi des accessoires et des chaussures ! Elle travaille aussi bien les tissus que le cuir ! C’est d’ailleurs le thème du podcast Vendredi aux myrtilles de Elodie Blueberry “Coudre le cuir”

Aujourd’hui, vous pouvez retrouver un ensemble de patrons :

  • en pdf sur la boutique en ligne de son site internet
  • dans ses bouquins parus aux édition Mango : Sacs et accessoires / Manteaux et vestes
  • avec ses cours en ligne chez Artesane, plateforme de cours vidéos de loisirs créatifs.

Retrouvons Coline

L’annonce

La surprise pour moi, c’est quand ma chère associée m’a expliqué que chacune allait faire sa robe ! Oui oui, moi, Coline, qui, pour le moment, n’est pas allée plus loin en couture que de faire des lingettes et des coussins.

Entre peur et excitation, me voilà partie pour coudre ma première robe.

L’avantage pour cette première, c’est que j’avais Alima avec moi, donc c’est plutôt rassurée que je me suis lancée.

L'étape 1 : comprendre le patron

Qu’est-ce qu’un patron ?

N’ayant jamais fait de patron, j’avais peur de me retrouver avec ces 12000 lignes à devoir chercher ma taille. Mais le patron est plutôt bien fait puisque je n’ai eu qu’à prendre mes mesures pour définir la taille de mon patron, et à afficher seulement les lignes de coupes correspondants à ma taille.

En effet, de plus en plus de marques proposent le système de calques sur leurs patrons pdf.

Etape 2 : la coupe des pièces​

Le patron est plutôt simple à réaliser. L’idée est de venir décalquer les différentes parties et de les découper.

Pour l’assemblage, le plus long pour moi… c’était la patience !! ^^ Devoir repasser, épingler, coudre, re repasser, épingler… et la patience n’est pas mon fort, Alima le sait très bien.

Etape 3 : La couture​

Les premières coutures qui donnent forme au vêtement sous nos mains.

La satisfaction de voir le vêtement prendre forme, ça n’a pas de prix.

La partie préférée de toutes les couturières une fois que les pièces sont coupées et prêtes à être assemblées.

Etape 4 : Se la péter

Les cocottes et leur nouvelle tenue : la robe Raisin.

Se dire “c’est moi qui l’ai faite” c’est ce que je retiens de cette couture.

Cela m’a donné envie de continuer à faire mes vêtements, mais pour le moment, avec l’aide de mon binôme et grande couturière, Alima (à son grand désespoir).

Entrevue : Maïlys & Laura de l’atelier Bitoño

Recommended Posts

No comment yet, add your voice below!


Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *