#mouvementmaker #DIY #faiseur…Guerre de mots dans le monde du Faire

Antoine, du Rambot du cactus, a rejoint l'équipe Au boulot cocotte pour des articles autour du Faire numérique

Il y a quelques temps, nous vous présentions Antoine du Rambot du cactus.
Un féru du Faire et du partage qui rejoint officiellement la basse-cour pour une nouvelle thématique.
Pour tout vous dire, cela devait être la rubrique « numérique ». Mais suite à ce premier article, on ne sait plus vraiment quel intitulé lui affilier.
[ndlr : si vous avez des suggestions, n’hésitez pas ;)]

“Maker”, “faiseur”, “artisan”, “fabber”, “bricoleur”…  le maker est un mâle qui aime fabriquer avec de grosses machines, l’artisan est le passionné de ses outils qui ne veut pas évoluer, le faiseur ou plutôt la faiseuse c’est la nana qui fait du loisir créatif, le bricoleur il fait tout à peu près dans son garage… 

Je grossis un peu les traits, mais ce que j’entends souvent c’est ça et ça ne me convient pas.

Une simple affaire de mots ?

J’ai l’impression qu’à chaque fois que je visite un nouvel espace ou que je croise quelqu’un, je rencontre une nouvelle façon de présenter le Faire. Mais, ce qui est sûr, c’est que l’on partage toujours les mêmes valeurs et les mêmes pratiques. 

Je suis un ancien “chercheur” et derrière chaque mot et sa pratique, il y a toujours des représentations, des préjugés, des sensibilités et des différences… Il faut savoir les comprendre pour les manier et voir ce qui est invisible. Je ne vous propose pas la vérité absolue, mais ma propre expérience. 

J’ai la chance de pouvoir circuler dans les différents mondes du Faire et je m’y retrouve à chaque fois

Ce qui me fait me poser la question : est-ce que l’on ne ferait pas tous la même chose ?!

C’est quoi Faire ?

Antoine, créateur du Rambot du Cactus qui monte le mobilier de son futur espace.

Le Faire est partout, mais prend tellement de noms différents qu’il commence à me perdre ! 

Et puis, je me souviens de la définition simple et facile du Larousse “Faire : créer, composer et réaliser par soi-même.” 

Personnellement, j’ai la même définition, mais j’y ajouterais quand même “faire avec les autres”. Là où je commence à me perdre (et à nous perdre) c’est quand je cherche à poser une limite à ce faire :  Est-ce que quand je cuisine, je suis en train de faire ? Et quand je change ma prise électrique ? Et quand je répare ma voiture ? Et quand je couds mon vêtement ? Et quand, et quand ? Tout peut-être faire ?

Retourner à la base...

Si on devait créer notre propre dictionnaire, on devrait y retrouver :

  • Artisan : personne exerçant, pour son propre compte, un art mécanique ou un métier manuel qui exige un savoir-faire.
  • Bricoleur : personne aimant réparer, bidouiller et créer dans un cadre personnel et quotidien.
  • Fabber : utilisateur des fablabs, espace partagé de fabrication le plus souvent numérique.
  • Faiseur : professionnel du Faire qui aime partager lors d’ateliers.
  • Maker : faire par soi-même et avec les autres.
Le Plateau Créatif est l'espace d'expérimentation scientifique auprès des plus jeunes au Quai des Savoirs de Toulouse
Artilect, basé à Toulouse, est le premier fablab français
Un groupe de makers a investi la halle du Multiple à Toulouse pour réaliser un chantier participatif d'une tiny halle

Et maintenant ?

Vous comme moi savons que ce n’est pas suffisant. Qu’il y a des traits communs mais que ce n’est pas tout à fait la même chose. Nous partageons des valeurs communes mais nous avons nos spécialités. A nous de savoir les préserver, les choyer, tout en les connectant et les partageant au plus grand nombre car ce que nous faisons est nécessaire.

Toulouse, berceaux français du faire… EmotionTech, réseau de couture (Mask Attack) et Makers&Co pour concevoir un prototype FFP2 viable en moins d’une semaine.

Une belle illustration : Nous sommes pour la première fois à Toulouse à un moment où le mouvement du Faire a réussi à créer des passerelles entre les différentes communautés pour fabriquer des solutions face à la crise du coronavirus.

Je le dis “ça ne s’est pas fait naturellement”, il a fallu connecté et rassuré… Le résultat est là. Nous devrons maintenir ces passerelles après la crise.

Attention, je ne demande pas une uniformité des communautés, loin de là, mais de créer une connexion et que les savoirs/besoins circulent…

Je l’affirme : je suis un maker, un faiseur, un bricoleur, un artisan… et tout ce que vous voulez car tout bonnement, je suis quelqu’un qui fait et aime le partager avec les autres #toulousecreative !

Et vous ?

Entrevue : Maïlys & Laura de l’atelier Bitoño

Recommended Posts

No comment yet, add your voice below!


Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *